Livre de Bamidbar

Parchath Nasso

Avec D-ieu - La Paix Dans La Joie

 

Avec D-ieu

« Voici le recensement des familles de la tribu de Kéhath – HaKéati – employées au service du Ohel Moëd – la Tente d’Assignation. »

 (Nombres 3 – 37)

Dans le livre de Bamidbar, D-ieu demande, plusieurs fois, à Moché de recenser les Béné-Israël. A ces occasions, la Torah adjoint au nom des tribus et des familles du peuple d’Israël un Hé au début du mot et un Youd à la fin. Ainsi dans ce verset la famille de Kéhath devient Hakéhati. Ces deux lettres ajoutées composent le nom de D-ieu : Youd-Hé.

Nos sages affirment que Hachem associa Son Nom aux familles d’Israël afin de leur donner une part d’éternité. Elles sont marquées du sceau Divin et de ce fait Elles sont, un peu, Ses ambassadeurs.

Aussi, lorsqu’il arrive que nous dévions du droit chemin, D-ieu Se souvient que nous sommes porteurs de Son Nom et Il agit avec miséricorde, ainsi qu’il est écrit (Isaïe 48 – 9) : « Pour l’honneur de Mon Nom, Je retiens Ma colère…pour ne pas te perdre. »

C’est par le pouvoir de ce Nom qui nous accompagne que nous avons réussi à surmonter toutes les épreuves de l’exil. C’est aussi grâce à cela que D-ieu amènera la Guéoulah et nous délivrera, ainsi qu’il est dit (Ezéchiel 36 – 23, 24) : « Je sanctifierai Mon Grand Nom qui a été outragé parmi les nations…Je serai sanctifié par vous…Je vous retirerai d’entre les nations, Je vous rassemblerai de tous les pays et Je vous ramènerai sur votre terre. »

Midrash Rabba

La Paix Dans La Joie

« Que Hachem dirige Sa face vers toi et qu’Il t’accorde la paix, Véyassem Lé’ha Chalom. »

(Nombres 6 – 26)

Rabbi Elazar disait : Grande est la paix, c’est pourquoi elle conclut la Birkat Cohanim, la bénédiction des Cohanim. Aussi, lorsque Machia’h viendra, au moment où  D-ieu reviendra à Yérouchalayim et que tous les exilés y retourneront, c’est dans la paix que tout cela se produira comme il est écrit : « Présentez vos saluts de paix pour Yérouchalayim.  » (Psaumes 122 – 6) et le prophète (Isaïe 66 – 12) annonce : « Je ferai affluer, dans ses murs, la paix comme un fleuve. »

Psikta Rebati