Livre de Chémoth

Parchath Chémoth

Des Noms de Libération - Il est Toujours Là ! - Après le Désert – Après l’Exil
Moché : Maître d’Israël - Des Lettres Doubles : Doubler la Guéoulah

 

Des Noms de Libération

« Voici les noms des fils d’Israël... »

 (Exode 1 – 1) 

Tous les noms des enfants de Yaakov font allusion à la Guéoulah :

Réouven, ainsi qu’il est dit (Exode 3 – 7) : « Rao Raïti, J’ai vu la souffrance de Mon peuple. »

Chimon, ainsi qu’il est dit (Exode 2 – 24) : « Vayichma, D-ieu entendit leurs cris. »

Lévi, car D-ieu s’est attaché – Lévi est de la même source que le mot se lier, en hébreu – à leur détresse ; ainsi qu’il est écrit (Psaumes 91 – 15) : « Je suis avec lui dans la détresse. »

Yéhouda – qui signifie reconnaissance – car les Juifs louèrent Hachem.

Yissa’har – qui découle du mot salaire, en hébreu – car ils furent récompensés et ils emportèrent un important butin.

Zévouloun fait écho à la résidence – Beth Zevoul – que les hébreux bâtirent pour D-ieu.

Binyamin, ainsi qu’il est dit (Exode 15 – 6) : « Yémin’ha, Ta main droite est redoutable et puissante. »

Dan, ainsi qu’il est dit (Genèse 15 – 14) : « Je jugerai – Dan Ano’hi – la nation qui les a asservis »

Naftali fait allusion aux Mitsvoth que les Béné-Israël recevront, car il est écrit (Psaumes 19 – 11) : « Ses commandements sont plus doux que le miel et que le suc – Nofeth – de ses rayons. »

Gad fait référence à la Manne, puisqu’il est écrit (Exode 16 – 34) : « Elle ressemblait à de la graine de coriandre – Zéra Gad. »

Acher, ainsi qu’il est dit (Malachie 3 – 12) : « tous les peuples vous féliciteront – Acherou – car  vous serez une terre de délices. »

Yossef assure que Hachem délivre à nouveau le peuple Juif, ainsi qu’il est dit (Isaïe 11 – 11) : « Ce jour-là, Hachem étendra une seconde fois – Yossif Chenith – Sa main pour reprendre possession de Son peuple. »

Midrash Rabba

 

Il est Toujours Là !

« Moché était le berger du troupeau de Yitro. »

 (Exode   3 – 1) 

Nos sages s’arrêtent sur ce verset et nous indiquent que Moché – notre premier sauveur – fut choisi par D-ieu précisément parce qu’il était berger. C’est l’attention particulière qu’il avait pour son troupeau qui fit de lui un guide exemplaire.

Le Midrash expose, alors, l’idée que la Divinité ne quitte jamais les lieux saints ; même pendant l’exil D-ieu réside dans la ville de Yérouchalayim.

Rabbi Chemouel Bar Na’hman dit que la Présence Divine – la Ché’hina – résidait dans le Temple avant qu’il ne fut détruit, ainsi qu’il est dit (‘Habacuc 2 – 20) : « L’E-ternel trône dans son Saint Palais. » ainsi que (Psaumes 11 – 4) : « L’E-ternel dans son Saint Palais… »

Rabbi Eliezer ajoute que rien n’a changé après la destruction du Beth-Hamikdach, la Présence Divine habite toujours les lieux saints, ainsi qu’il est dit (Chroniques II 7 – 16) : « Même à présent, Je choisis et sanctifie cette maison en y faisant régner Mon Nom à jamais, en y dirigeant Mes yeux et Ma pensée. »

Cette idée est d’ailleurs exprimée par Cyrus dans le livre de Ezra (1 – 3) : « S’il est parmi vous quelqu’un qui appartienne à son peuple, que son D-ieu soit avec lui, pour qu’il monte à Yérouchalayim…et y bâtisse le temple de Hachem, D-ieu d’Israël, de ce D-ieu qui réside à Yérouchalayim. »

Rabbi A’ha dit que la Présence Divine ne quitte jamais le Kotel Hamaaravi – le mur occidental –, ainsi qu’il est écrit (Cantiques des Cantiques 2 – 9) : « Le voici qui se tient derrière notre mur… » 

Midrash Rabba

Après le Désert – Après l’Exil

« Moché était berger du troupeau de son beau-père Yitro… Il conduisit le troupeau A’har – après – le désert. »

(Exode 3 – 1)

Ainsi, Moché guidait, chaque jour, son troupeau dans un lieu tranquille, le désert. Mais, pourquoi la Torah dit-elle qu’il le mena « A’har – après le désert » et non « dans le désert » ?

Rabbi Lévi dit que, par ces termes, Hachem fit allusion à Moché qu’il quittera son peuple – après le désert – sur les bords du Jourdain. Moché guidera les Béné-Israël après l’exode pendant quarante ans, il leur transmettra la Torah ; puis, il sera contraint à les laisser sous la responsabilité de son successeur, Yéochoua.

D-ieu assure alors à Moché qu’il y aura un « après » à la période du désert : à la venue du Machia’h, Moché reviendra sur les lieux pour guider à nouveau la génération qui périt dans le désert et pour la mener enfin sur la terre d’Israël.

Moché – Maître d’Israël

« D-ieu l’appela du sein du buisson et Il lui dit : ‘Moché, Moché !’ Il répondit : ‘Me voici.’ »

(Exode 3 – 4)

D-ieu interpelle Moché en prononçant deux fois son nom, car il sera amené à enseigner la Torah au peuple d’Israël deux fois : dans ce monde et à l’époque de Machia’h.

Après la résurrection, les Juifs s’adresseront à Avraham, le Patriarche, et lui demanderont qu’il leur apprenne la Torah. Avraham les enverra vers Yits’hak : « Allez chez mon fils ! Il a étudié plus que moi. » Yist’hak leur conseillera de voir Yaakov : « Il a eu une expérience spirituelle plus riche que la mienne. » Yaakov refusera et leur dira : « Adressez-vous à Moché. Il est la meilleure référence puisqu’il a eu le privilège d’étudier auprès de D-ieu.’ »

Midrash Rabba

Des Lettres Doubles – Doubler la Guéoulah

« Va rassembler les anciens d’Israël et dis-leur : ‘ L’E-ternel, D-ieu de vos Pères, D-ieu d’Avraham, de Yits’hak et de Yaakov m’est apparu en disant : Pakod Pakadti — [Je vous libérerai] Je me suis souvenu — de vous et de ce qui vous est fait en Egypte. »

 (Exode 3 – 12)

Les lettres doubles de l’alphabet hébraïque ont, toutes, une consonance prophétique en rapport avec la Guéoulah. Ces lettres sont : le ‘Haf, le Mem, le Noun, le Pé et le Tsadik. Elles ont chacune une forme finale ; ceci laisse entendre qu’elles joueront un rôle déterminant dans les phases finales de l’histoire.

Pour le ’Haf, il est dit (Genèse 12 – 1) : « Le’h Le’ha – Va pour toi. » Dans ce verset, Hachem amorce la délivrance d’Avraham.

Pour le Mem, il est dit (Genèse 26 – 16) : « Atsamta Miménou Méod – Tu es devenu plus puissant que nous. » Ce verset exprime la réussite de Yits’hak.

Pour le Noun, il est dit (Genèse 32 – 12) : « HatsiléNi Na – Sauve-moi. » Dans ce verset, Yaakov implore le secours Divin.

Pour le Pé, il est dit (Exode 3 – 16) : « Pakod Pakadti – Je vous libérerai, ou Je me suis souvenu. » Dans ce verset, Hachem annonce la première Guéoulah, la sortie d’Egypte.

Le Tsadik se réfère au Machia’h, ainsi qu’il est dit (Zacharie 6 – 12) : « Ich Tséma’h Chémo – Son nom sera Tséma’h. » Et il est dit (Jérémie 23 – 5) : « Je susciterai – Tséma’h Tsadik – un rejeton juste qui régnera, agira avec sagesse et exercera le droit et la justice dans le pays. »

Midrash Rabba